Codiac FM

La vague du Grand Moncton

Morceau présentement
Titre
Artiste


Des coupures, une hausse de frais de scolarité, des temps difficiles pour les étudiants

Marie-Pier Corriveau

[PODCAST]

Dès samedi, le conseil des gouverneurs va dévoiler le budget 2019-2020 pour l’Université de Moncton. La Fédération des étudiants et étudiants du campus universitaire de Moncton, la FÉÉCUM, s’attend déjà au pire tandis que la hausse des frais de scolarité prévue est de 5% à 10%.

Dans les derniers mois, les étudiants aux études postsecondaires ont subi des coupures de la part du gouvernement de Blaine Higgs et une autre hausse des frais diminue davantage l’accessibilité aux études.

« Déjà que le gouvernement a coupé dans le programme de droit de scolarité gratuit, dans le programme de bourse non rémunéré. Si en plus on vient à alourdir le fardeau financier des étudiants avec une hausse de 10% qui représenterait un montant de 700$ pour les étudiants canadiens et 1000$ pour les étudiants internationaux, ça serait difficile. »
– Pascale Rioux, présidente de la FÉÉCUM.

Bien que la saison estivale soit à nos portes, la présidente ne peut ralentir la cadence. Pascale Rioux et son équipe sont déjà prêtes à réagir à la hausse des frais.

« C’est certain que dans les prochaines semaines si on annonce une hausse des frais de scolarité assez majeure on va encore plus questionner, on va doubler les rencontres. On veut avoir peut-être un meilleur financement du fédéral vers le provincial pour qu’en suite ce financement puisse venir dans les poches de l’université. Il y a beaucoup de revendication qui devrait s’en venir si les frais de scolarité augmentent », indique l’étudiante à la Faculté de Droit.

Le recrutement de plusieurs programmes est difficile à l’Université de Moncton, particulièrement en sciences infirmières. Avec une pénurie grandissante dans le domaine au Nouveau-Brunswick, Pascale Rioux est inquiète de voir cette hausse des frais affecter davantage certains programmes qui sont déjà dans une situation précaire.

« Ça ne peut définitivement pas aider les étudiants à venir étudier en science infirmière, de plus qu’ils se sont fait couper une bourse de 1500$ pour le stage non-rémunéré. En plus, on ne voit pas le gouvernement avoir une stratégie concrète pour remédier à ça et l’université n’aide pas non plus en augmentant les frais. »

La FÉÉCUM a créé une campagne de sensibilisation intitulé #$ansdesseins dans les dernières semaines pour aider les étudiants à y voir plus clair dans le dossier des frais de scolarité et par rapport à la hausse prévue le 8 juin.

Pour en connaitre davantage sur la possible hausse, consultez le segment de l’émission Nouveau courant sur notre compte Soundcloud.

Nouveau courant

Prenez votre lunch !

Plus d’infos