Codiac FM

La vague du Grand Moncton

Morceau présentement
Titre
Artiste


100% viril ou le théâtre qui désaltère votre plaisir

Écrit par le 24 septembre 2014

Par Sophie Bouchard-Tremblay
Ce mercredi 17 septembre 2014 avait lieu la troisième représentation du spectacle 100% viril. Il s’agit de la seule représentation à Moncton. Pour ce, la pièce était accessible aux étudiants puisque c’était sur le campus, dans la salle de Jeanne-de-Valois. Elle était d’ailleurs presque totalement comblée, ne laissant que quelques places dans les côtés, au fond. Plutôt malheureux que peu d’étudiants fassent partie de l’assemblée, mais réellement consolant de voir autant de gens présents pour l’évènement. Personne n’a regretté son billet, sans aucun doute. Des rires tout au long de la soirée, promis juré.  
Le texte se défend très bien côté comédie. Il ne s’agit bien entendu pas de théâtre dramatique, il faut s’attendre à des plaisanteries. Parfois même à un humour plutôt gras. Le but de nos trois comédiens est d’avoir du plaisir et de le partager. Rien à craindre de ce côté.  Robert Gauvin, André Roy et Luc Leblanc ont un plaisir fou sur scène. Parlant de Luc Leblanc: une fois de plus, il nous interprète des personnages féminins inoubliables. Un interprète inspirant, comme à son habitude. L’expérience de nos artistes est frappante dans cette production. Sans oublier la touche féminine de la metteure en scène Karène Chiasson. 
 
Il faut tout de même avouer qu’il y a une ressemblance frappante entre 100% viril et la pièce de théâtre Broue. Cette dernière a été créée en 1979 au Québec. Le concept est sensiblement le même à la base : situé dans un bar, avec de nombreux personnages joués par seulement trois comédiens. Même la scénographie en tant que telle a ses similitudes. Il est donc possible que l’effet soit voulu. Après tout, une version acadienne à la sauce Robert Gauvin, l’auteur, a son intérêt. Surtout si l’on prend en compte le français utilisé. De nombreuses expressions acadiennes sont empruntées par les personnages. De plus, ceux-ci viennent d’un petit village nommé Pointe-au-Boute où le nombre d’habitants s’élève à 12 et où ils se connaissent tous très bien. Une réalité en Acadie? Bref, malgré les ressemblances, la pièce possède sa propre esthétique, sa propre âme.
 
Enfin, il s’agit du 10e anniversaire des Productions entrepôt. Pour fêter cette occasion, la pièce 100% viril est plus qu’appropriée. Représentative du bon travail qui y a été fait au cours des années. En effet, la compagnie a participé à de nombreux projets qui ont permis d’obtenir de la visibilité à la culture acadienne, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la province. Il est important de constater le cheminement qui a été parcouru. Que ce soit avec le Pays de la Sagouine ou encore avec la Revue acadienne et plus encore. Le tout a donc été fêté dans la joie. Une réussite de ce côté. Par contre, il serait intéressant de monter des productions plus sensibles aux enjeux environnementaux, politiques et culturels qui sont d’actualité présentement en Acadie. Mais bien entendu, il s’agit d’un tout autre monde. Pour l’instant, rions et oublions nos problèmes dans l’allégresse avec les Productions entrepôt, puisque c’est une autre possibilité que nous offre le théâtre.



Continuer la lecture